Historique

historique 002Conscients du taux d'assimilation élevé et réalisant l'absence d'institution scolaire francophone allant jusqu'à la douzième année dans la région, des citoyens de la grande région de la Miramichi se sont entendus à la fin des années '70 pour obtenir une infrastructure qui verrait à refranciser la population. C'est à la suite de nombreuses démarches que finalement, en 1984, le Premier Ministre Richard Hatfield fit la levée de la première pelletée de terre de ce qui allait devenir le Carrefour Beausoleil.

Par la suite, une structure administrative élue par la population fut mise en place: le Conseil scolaire Boishébert. Les membres de ce conseil scolaire avaient un double mandat: assumer la responsabilité de l'éducation des jeunes et la gestion du centre. Cette dernière partie du mandat était assurée par un organisme parallèle, soit le Conseil communautaire Beausoleil Inc., formé des membres du Conseil scolaire Boishébert. C'est ainsi que le 16 juin 1986, le Premier Ministre Richard Hatfield revint à Newcastle, cette fois-ci pour procéder à l'ouverture officielle du Centre scolaire-communautaire Carrefour Beausoleil.

Depuis ce jour, le Carrefour Beausoleil n'a cessé de voir augmenter le nombre des étudiants qui fréquentent son école. Les premières années, moins de 200 jeunes bénéficiaient de cours allant de la première à la douzième année, alors qu'en 1995, plus de 300 étudiants étaient répartis dans les classes allant de la maternelle à la douzième année.

Pour préparer les jeunes à la vie scolaire, deux classes de pré-maternelle axées vers la refrancisation ont été ajoutées au cours des ans par le secteur communautaire. Au début des années 1990, une réforme au sein du Ministère de l'Éducation dissout le Conseil scolaire Boishébert dans le cadre d'un programme de regroupement des districts scolaires. Selon cette restructuration, l'École Carrefour Beausoleil dépend maintenant du Conseil scolaire no 11, ayant ses bureaux à Richibouctou. Cependant, on reconnaît la particularité du Carrefour Beausoleil et le Comité scolaire Boishébert devient l'organisme officiel responsable de gérer les programmes d'éducation à l'intérieur du Carrefour Beausoleil.

Tout comme son prédécesseur, les membres du comité scolaire sont élus lors des élections scolaires et sont en place pour un mandat de trois ans. En 1996, le Comité scolaire Boishébert disparaît à son tour, faisant place à un comité consultatif. Le même sort est réservé aux autres conseils scolaires de la province. Le Conseil communautaire Beausoleil Inc a quand même continué d'exister et est aujourd'hui responsable de la gestion de l'édifice et du développement de la francophonie par le biais de sa programmation, de l'animation et de la refrancisation.

Au secteur communautaire, le Carrefour Beausoleil a su offrir à la population une variété d'outils nécessaires à son développement, tant sur le plan socio-culturel que récréatif. En mettant en disponibilité ses locaux, le Carrefour Beausoleil a favorisé l'apparition de plusieurs comités et associations ayant des objectifs qui leurs sont propres.

Actuellement, près de 25 organismes divers gravitent autour du Carrefour Beausoleil. Un support constant est offert à ces organismes sous diverses formes: animation, publicité, secrétariat, technique, etc